Galerie

Test du MacBook Air 13″ mi-2012 Core i7 à 2 GHz

 

À 1 799 €, la configuration de MacBook Air 13″ que nous testons aujourd’hui chapeaute la gamme avec son processeur Core i7 à 2 GHz et ses 8 Go de RAM. Obtient-on ainsi un petit MacBook Pro très fin et très léger ?

 

Ce test ne traitera que des spécificités de cette configuration. Pour les détails généraux sur le MacBook Air 13″ « mi-2012, lisez notre test du MacBook Air 13″ mi-2012 Core i5 à 1,8 GHz.

 

La plupart des conclusions de ce test, à l’exception des tests d’autonomie, devraient être valable pour le MacBook Air 11″ mi-2011 Core i7 à 2 GHz, une configuration proposée par Apple pour 1 429 €.

 

Gros processeur, petit ordinateur

Les MacBook Air sont dotés par défaut de processeurs Intel Core i5, mais les modèles haut de gamme peuvent être équipés en option de processeurs Intel Core i7-3667U — pour 150 € sur le 13″, 180 € sur le 11″. Gravé en 22 nm, ce processeur promet de ne pas consommer plus que les Core i5 (TDP maximal de 17 W), tout en étant plus puissant.

 

Intel Core i7-3667U

 

Ce processeur possède deux cœurs physiques, que l’HyperThreading fait passer pour quatre cœurs logiques. Le Turbo Boost permet de moduler le nombre de cœurs en usage et leur fréquence selon les besoins : 2 GHz sur quatre cœurs, 3 GHz sur deux cœurs, et enfin 3,2 GHz sur un seul cœur. Trop peu de logiciels tirant aujourd’hui pleinement parti du multicœur, on atteint souvent en charge 3 GHz voire 3,2 GHz… sur un ordinateur de 1,7 cm d’épaisseur pesant 1,35 kg.

 

La puce Intel HD Graphics 4000 fournit la partie graphique, qui adapte elle aussi sa fréquence aux besoins. Elle passe ainsi de 350 MHz au repos à 1,15 GHz en pleine charge, 100 MHz de plus que sur les autres MacBook Air. Les puces HD Graphics sont excellentes en matière d’encodage et de décodage vidéo, mais ne déméritent plus en matière de jeu vidéo et de rendu 3D. Elles sont loin d’être aussi puissantes que des cartes dédiées, mais tiennent la comparaison avec les solutions intégrées de Nvidia et AMD.

 

Le MacBook Air embarque un contrôleur Thunderbolt DSL3510 Cactus Ridge 4C, qui offre quatre canaux Thunderbolt, deux canaux et une entrée DisplayPort et quatre canaux PCI Express pour une consommation de 2,8W. Combinez-le avec la carte graphique, et le MacBook Air peut être connecté à deux écrans — du moins si vous avez relié un écran à un appareil Thunderbolt lui-même relié à un écran Thunderbolt connecté au Mac.

 

Dernier point autour de la puce Ivy Bridge, sa prise en charge de RAM DDR3 à 1 333 ou 1 600 MHz. Apple limite le MacBook Air à 8 Go, mais elle a fait le choix de la mémoire la plus rapide (1 600 MHz).

 

Les performances attendues

 

Geekbench, qui exploite bien le processeur et teste la mémoire, comme Cinebench, qui y ajoute un gros test des graphismes, montrent que le MacBook Air Core i7 est logiquement le plus performant de la gamme, d’un écart assez sensible d’ailleurs.

 

Geekbench

 

Cinebench

 

Difficile néanmoins de comparer avec les MacBook Pro, les iMac ou même les Mac mini sans le renfort de tests moins abstraits. L’écart est très faible dans les tâches les moins exigeantes : il serait totalement farfelu de dire que le MacBook Air Core i7 est aussi performant que le MacBook Pro Retina en se basant sur le test de compression dans le Finder, très peu optimisé.

 

Les tests photo ou vidéo montrent néanmoins ce que peut apporter le Core i7 : le MacBook Air ne peut rivaliser avec les MacBook Pro, mais si l’on cherche un ultraportable suffisamment puissant pour retoucher des photos ou exporter des vidéos, ce sera le bon choix. Même chose pour celui qui a besoin d’une machine très légère mais ne veut pas se priver de jeux : le surplus de puissance apportée à la partie graphique se traduit directement par des performances en hausse et à vrai dire tout à fait raisonnables.

 

 

Au quotidien, on a l’impression d’en avoir en permanence sous le pied, ce qui n’est pas le cas avec tous les MacBook Air. Le Core i7 ne sera sans doute pas utile à tout le monde — il sera même superflu à ceux qui veulent un MacBook Air pour en faire une machine à surfer. Mais il permet par exemple de n’avoir absolument aucun problème à utiliser des machines virtuelles (deux de front ne lui ont pas fait peur), à retoucher de grosses photos ou à travailler avec de l’audio ou de la vidéo en mobilité.

 

L’ensemble de la gamme MacBook Air mi-2012 donne l’impression qu’un plafond de verre a été crevé, grâce aux processeurs Intel. Elle est au niveau de ce qui était la gamme professionnelle il y a quelques années, dans un format plus léger et plus compact, et ne donne jamais plus l’impression d’être limitée. Ce modèle Core i7 la chapeaute avec brio de ce point de vue.

 

Une autonomie de Core i7

Tout n’est néanmoins pas parfait avec cette machine, et vous devez rendre d’une main ce que vous avez pris de l’autre. L’autonomie est ainsi un peu inférieure à celle d’un MacBook Air 13″ Core i5, tout en restant supérieure à celle des modèles 11″, et surtout à celle du 13″ Core i7 de 2011.

 

À notre traditionnel test de lecture de film HD (HD 1080p H.264 MKV avec QuickTime et Perian, luminosité à 80 % et son à 50 %) avec Mail ouvert et réglé pour des relèves toutes les minutes, le MacBook Air 13″ Core i7 atteint 5h10 : c’est 1h de mieux que son prédécesseur, mais 10 minutes de moins que le modèle Core i5. La recharge a pris 2h.

 

 

Notre test « web en musique », qui consiste à rafraîchir notre page d’accueil toutes les 30 secondes de Safari en écoutant de la musique en boucle dans iTunes dans les mêmes conditions de son et de luminosité, peut être comparé au test d’autonomie standard réalisé par Apple. Nous mesurons 6h45, une bonne demi-heure de moins que le modèle Core i5.

 

Enfin, dans notre test plus empirique d’utilisation standard, ce MacBook Air 13″ Core i7 a tenu 5h30, là encore une demi-heure de moins que son confrère Core i5. Pendant ce temps, la machine utilisait MultiMarkdown Composer, Numbers, iCal, Mail, Osfoora, Firefox, Antidote, Daylite et Dropbox pour une journée classique de veille sur MacGeneration, avec l’écran à 80 %, le son à 50 %, et une vidéo YouTube ou un bout d’iTunes de temps en temps.

 

Difficile de voir dans ces chiffres de mauvais scores dans l’absolu, au contraire. Ils sont simplement moins bons que ceux du Core i5, un élément à garder à l’esprit à l’heure du choix. Si vous avez besoin d’un maximum de puissance dans un MacBook Air, ce Core i7 est un choix logique. Si vous tenez à l’autonomie maximale, vous garderez vos 150 €.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s