Galerie

Mountain Lion : ces changements dont Apple a peu parlé

Apple commercialisera Moutain Lion d’ici la fin du mois. Le 24 juillet est la date qui revient le plus souvent en ce qui concerne son lancement. Si lors des présentations, Apple a insisté sur dix fonctionnalités (Reminders, Notes, Messages, Notification Center…), il y a de nombreuses petites nouveautés sur lesquelles elle n’a que peu, voire pas du tout communiqué.

Sur son site web, Apple affiche une page dans laquelle elle affirme que le successeur de Lion possède plus de 200 nouvelles fonctionnalités. Incontestablement, la sécurité est l’un des axes majeurs de cette version d’OS X. Si Gatekeeper a été beaucoup évoqué pour faire de votre Mac une forteresse (lire : Mountain Lion : Apple active GateKeeper par défaut), Apple a continué à travailler sur certains aspects de son système afin de le rendre moins vulnérable aux attaques.

L’ASLR, un dispositif qui a fait son apparition avec Leopard, est désormais étendu à l’ensemble du kernel (lire : Apple et la problématique de la sécurité). Address Space Layout Randomization est un mécanisme qui consiste à introduire une part de hasard dans la distribution des zones de données dans la mémoire, et de limiter ainsi les possibilités d’exécution d’un code malicieux. Avec ce dispositif, un hacker aura d’autant plus de mal à faire exécuter une fonction propre au kernel.

Dans le dispositif de sécurité qu’Apple met en place progressivement, le sandboxing joue également un rôle clé. Depuis le 1er juin, les développeurs doivent absolument prendre en charge ce mécanisme s’ils veulent publier leurs applications sur le Mac App Store.


Le sandboxing consiste à limiter l’accès d’une application à l’intégralité des données et des fonctions logicielles et matérielles à disposition (lire : OS X Lion : comprendre le casse-tête du sandboxing). La mise en place de ce mécanisme a fait grincer quelques dents (lire : Sandboxing OS X : deux expériences de développeurs), car elle a contraint les développeurs à revoir en profondeur leur code. Dans certains cas, des éditeurs ont même dû quitter le Mac App Store. On peut citer par exemple TextExpander 4 qui ne peut fonctionner dans ce mode (lire : TextExpander se met à jour et sort du Mac App Store).


Au passage, certains reprochent à Apple de ne pas s’appliquer les règles qu’elle impose aux autres. L’immense majorité des applications Apple disponibles sur le Mac App Store ne sont pas mises « en bac à sable ». Toutefois, dans Mountain Lion, la société californienne a pris le temps de corriger ce paradoxe. C’est le cas pour FaceTime, Mail, Rappels, Notes, Game Center, et Safari.

Vous pouvez vous-même vérifier si vos applications s’exécutent dans un environnement de type bac à sable, en ouvrant Moniteur d’activité (Applications > Utilitaire) et en lisant la colonne « Environnement contrôlé ».

Autre nouveauté intéressante pour les administrateurs système : l’outil fdesetup facilitera la prise en charge de FileVault en entreprise. En effet, il sera capable d’échanger des informations avec des serveurs de gestion de parc informatique. Cela permettra par exemple aux administrateurs de centraliser facilement l’ensemble des clés FileVault.

Il n’y a pas qu’en matière de sécurité qu’Apple a apporté des changements à son système, elle dit avoir adopté une nouvelle infrastructure pour OpenGL/OpenCL. La pomme a sans doute poursuivi son chantier entamé avec Snow Leopard. Dans sa liste des nouveautés, elle indique par ailleurs que Safari fait un usage du GPU pour accélérer le rendu des textes et des graphiques.

Dans Mountain Lion, QuickTime X utilisera désormais votre circuit graphique pour encoder des vidéos HD. Apple précise que cette fonctionnalité nécéssite un ordinateur récent. Elle marche avec tous les modèles sortis au plus tôt en 2011.


Encore un grand nombre d’informations concernant Mountain Lion sont sous contrat de confidentialité. Lors de la conférence des développeurs (WWDC), Apple est entrée dans les détails. Lors du keynote, Craig Federighi avait déclaré que Mountain Lion comporte plus de 1700 nouvelles API. Apple a d’ores et déjà communiqué sur le fait qu’AppKit disposait de toute une série d’API afin que les développeurs puissent plus facilement intégrer des gestes tactiles évolués dans leurs apps.

Apple continue à faire également le ménage. Le Garbage Collectior, qui était loin de faire l’unanimité chez les développeurs, est désormais déprécié.

Un mot enfin concernant Mountain Lion Server, Apple a été très très discrète à son sujet durant la WWDC. Elle a tout juste indiqué que son module server sera disponible à la vente « en juillet » sur le Mac App Store pour 15,99 €, soit le même prix que Mountain Lion.

En ce qui concerne les nouveautés de cette version, Apple n’est pas beaucoup plus bavarde. Dans sa page de présentation, la Pomme évoque rapidement Profile Manager 2. De ce que l’on nous en a dit, le gestionnaire de profils pour Mac, iPhone, et iPad marche enfin correctement. La version incluse dans Lion Server n’était pas des plus abouties.


Cela résume d’ailleurs bien la philosophie de cette version : Apple peaufine les nouveautés introduites dans Lion Server. Ainsi, l’application de contrôle apparue dans 10.7, Server.app, gère désormais tous les services dans 10.8. L’autre nouveauté significative, c’est Xsan 3, mais Apple n’en a pas dit plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s